Cercle InterElles

Réussir au féminin… c’est pour aujourd’hui ou pour demain?

   /   0  /   

Le 14 mars 2017, à la Cité Universitaire, le Cercle InterElles, né en octobre 2001, célèbrera son 16ème anniversaire et la « Journée internationale des droits des femmes » lors de sa conférence annuelle « Réussir au féminin » qui a été l’une des premières  initiatives  labellisées dans le cadre du plan d’action et de mobilisation contre le sexisme lancé  par Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes le 8 Septembre 2016.

Le Cercle compte désormais 13 entreprises industrielles et technologiques : Air Liquide, Areva, Assystem, CEA, ENGIE, GE, Gemalto, IBM, Lenovo, Nexter, Orange, Sanofi, Schlumberger.

Ce colloque sera l’occasion de rendre compte des travaux menés et des avancées en termes de mixité et d’égalité professionnelle dans l’environnement technologique et scientifique. En 16 ans, ce sont plus de 8000 femmes, mais aussi des hommes, qui ont suivi les travaux du Cercle. Des centaines sont aujourd’hui actifs dans les réseaux de leurs entreprises.

Une table-ronde exceptionnelle réunira les dirigeant.e.s de nos entreprises pour débattre des progrès accomplis, des efforts à poursuivre ou amplifier et de la question de la mixité comme atout de performance de l’entreprise :

  • Air Liquide : Armelle Levieux – Directrice des Ressources Humaines
  • Areva : François Nogué- Directeur Ressources Humaines, Communication, Immobilier
  • Engie :  Ana Busto – Directeur Général Adjoint, en charge de la Communication et de la Marque
  • GE : Valérie Marjollet – CFO GE Healthcare Europe
  • Gemalto : Philippe Vallée – Directeur Général
  • IBM : Flavio Sciutti :  Vice-Président Finance, France IBM Global Markets
  • Lenovo : Elisabeth Moreno – Présidente directrice générale France
  • Orange : Fabienne Dulac – Directrice Exécutive Orange France

Cette année, deux sujets phares sont au programme :

  • Cassons le moule ! Comment « casser» ce qui nous étouffe et nous empêche d’évoluer dans nos  organisations /entreprises ? Quels autres modèles pourrions-nous imaginer, concevoir et dans lesquels nous pourrions collaborer, grandir et nous épanouir tous ensemble tout en préservant la performance de nos organisations/entreprises ? Que pourraient être ces nouveaux modèles bénéfiques pour tous ?
  • La transformation DIGIT’ELLES change les codes ! Au menu de cette édition « La transformation Digit’elles change les codes  »  se penchera sur les raisons de désengagement des filles dans les études scientifiques et technologiques et de leur faible présence dans les métiers associés.

En 2016, le Cercle InterElles était présent au Women’s Forum, au Global Summit of Women, à la conférence ELLE active (ce sera aussi le cas en 2017) et au Forum de la mixité (ce sera aussi le cas en 2017)

Le Cercle a participé à l’appel sur les enjeux santé et climat dans le cadre de la COP21. Il a signé un partenariat avec le Cercle des Femmes Mécènes du Musée d’Orsay ainsi qu’avec l’Association Femmes Ingénieurs.

Enfin pour  souligner la nécessité de continuer, voire d’accélérer l’égalité hommes-femmes ,  pour plus de mixité dans les métiers de demain ,Catherine Ladousse, Co-Fondatrice et Présidente du Cercle InterElles, Claudine Schmuck, Présidente du Groupe Informatique et Télécom de Sciences Po Alumni et Thaima Samman, Présidente de WIL (The European Network for Women in Leadership)  ont adressé  un appel  aux candidat.e.s à la Présidentielle à travers une tribune  publiée  par Les Echos .

 

Le Cercle InterElles, né en 2001, de manière informelle, sous l’impulsion de femmes dirigeantes de France Télécom, IBM France, Schlumberger et GE Healthcare regroupe aujourd’hui les réseaux de 13 entreprises : Air Liquide, AREVA, Assystem, CEA, ENGIE, France Télécom-Orange, GE Healthcare, Gemalto, IBM France,  Lenovo, Nexter, Schlumberger. Ces dernières, soucieuses de promouvoir la mixité et l’égalité des chances, ont ainsi pu identifier des problématiques communes au sein de leurs entreprises respectives, issues du monde technologique.

Très vite a surgi l’idée d’organiser un événement pour la Journée Internationale des Droits des Femmes. Depuis, chaque année en mars, le Cercle InterElles réunit plusieurs centaines de femmes et d’hommes avec cette même volonté d’analyser et de partager les conditions de succès et les obstacles persistants. Depuis sa première édition, le Colloque a connu un succès grandissant et ce sont plus de 8000 personnes en 16 ans qui ont répondu présentes à ce rendez-vous annuel dans un but commun de partage et d’échange de bonnes pratiques.

Les membres du Cercle InterElles agissent directement sur le terrain pour favoriser la mixité à tous les niveaux de l’organisation, en s’appuyant sur leur propre réseau, avec des objectifs communs :

  • Le partage des pratiques d’entreprises qui ont déjà un réseau actif de femmes et qui agissent dans un environnement scientifique ou technologique.
  • La mise en commun de ces pratiques a pour but de favoriser le développement des carrières des femmes.
  • Les actions permettant de favoriser la mixité à tous les niveaux des entreprises.

illustration cercle InterElles objectifs

Au sein de l’entreprise, les femmes se heurtent à un véritable « plafond de verre » qui les empêche d’accéder aux sphères dirigeantes. Plusieurs facteurs en sont à l’origine :

  • Dans des cultures organisationnelles masculines, des stéréotypes tenaces perdurent quant aux rôles, aux comportements et aux postes qui conviennent aux femmes.
  • Des processus de carrière fondés sur des schémas masculins incluent des normes d’âge et des exigences de disponibilité entraînant de longs horaires de travail, ce qui défavorise les femmes perçues comme moins disponibles et moins mobiles.
  • Les femmes ne veulent plus devoir faire un choix entre carrière et responsabilités familiales.

Si l’accès des femmes aux postes de responsabilité reste limité, cela est d’autant plus vrai dans les entreprises technologiques, traditionnellement dirigées par des ingénieurs, et ayant longtemps confié aux femmes des fonctions « généralistes » (ressources humaines, commercial ou communication) au détriment d’emplois plus valorisés, à dominante technique dédiés à des profils issus d’écoles d’ingénieurs et menant aux postes de direction dans le monde industriel.

Parce qu’il est indéniable que les femmes représentent 50% des talents, il est important que les entreprises puissent attirer, promouvoir et retenir celles-ci. Ceci est d’autant plus vrai dans le secteur technologique, où la proportion de femmes est traditionnellement moins élevée que dans d’autres secteurs économiques et en particulier dans les fonctions d’expert. La société souffre en effet d’une désaffection des jeunes filles pour les filières scientifiques. Alors que l’égalité des droits des femmes est désormais reconnue, les chiffres témoignent encore de l’écart qui demeure entre les principes et les faits.

Améliorer la place des femmes dans l’entreprise relève d’une stratégie globale de développement de l’entreprise. La recherche de la mixité représente ainsi deux enjeux immédiats pour l’entreprise :

  • La légitimité : le principe d’égalité des chances est devenu une exigence socialement reconnue, prise en compte par les agences de notation et les fonds éthiques.
  • L’efficacité : vouloir améliorer l’accès des femmes aux postes de responsabilité, c’est élargir le champ des compétences, mais aussi répondre à des aspirations communes des hommes et des femmes (par exemple, dans le domaine de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée).

illustration les enjeux pour les entreprises

 

La promotion des femmes dans l’ensemble de l’activité économique représente un enjeu clé de la croissance future dans les pays développés. Pour rester concurrentielles, les entreprises doivent être capables de s’adapter très vite aux évolutions, notamment au regard des nouvelles professions et des métiers émergents. Elles ont aussi pour ambition de refléter le corps social et pour cela, elles doivent offrir aux hommes et aux femmes de leurs entreprises les meilleures conditions de réussite.

Le Cercle InterElles, qui a longtemps eu une organisation collégiale, s’est constitué en association en 2014 . Les membres du bureau pour 2017 sont :

  • Catherine Ladousse, Présidente
  • Patricia Lecocq,  Vice Présidente
  • Florence Gury,  Secrétaire Générale
  • Dominique Maire, Secrétaire Générale Adjointe
  • Joelle Juppeau, Trésorière
  • Justine Mills, Trésorière adjointe
  • Laurence Dejouany, Déléguée de la Présidente en charge de l’éditorial
  • Martine Vidal, Déléguée de la Présidente en charge de l’éditorial

REPRESENTANT-E-S DES RESEAUX DES ENTREPRISES DU CERCLE 2017

AIR LIQUIDE
Dana Allen

AREVA
Joëlle Bertani
Eric Chauvin

ASSYSTEM
Anne-Charlotte Dagorn

CEA
Anne-Marie Jonquière
Marie Géléoc

ENGIE
Elisabeth Richard

Alison Martin

GE
Aline Aubertin
Florence Gury
Catherine Estrade

GEMALTO
Nathalie Bogard
Céline Friche
Isabelle Marand
Corinne Panighi

IBM
Christine Cluzel
Jean-Louis Carvès
Justine Mills

LENOVO
Catherine Ladousse
Marine Rabeyrin
Chloé Broguet

NEXTER
Muriel Colin

ORANGE
Patricia Lecoq
Anne-Isabelle Lichterowicz

SANOFI

Frédérique Granado
Perla Halioua
Carole Saglio
Jeanne Kehren

SCHLUMBERGER
Isabelle Le Nir
Stéphanie Montillet

MEMBRES ASSOCIEES DU CERCLE INTERELLES

Itala Dall’O
Laurence Dejouany
Dominique Maire
Joëlle Juppeau
Martine Vidal

FONDATRICES DU CERCLE INTERELLES

Annika Joelsson
Elisabeth Kimmerlin
Catherine Ladousse
Marie-Claude Peyrache
Daniele Pozza
Pascale Witz